Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Les arts martiaux chinois sont intimement mêlés au contexte culturel et à la langue qui les ont produits. Cela apparaît, par exemple, sous la forme de proverbes de quatre caractères (mots) qui donnent des indications sur un principe technique ou philosophique de l'art.

Bien que le mandarin, 普通话 pǔtōnghuà (« langue commune ») ou 汉语 hànyǔ (« langue des Hàn », ethnie dominante en Chine), soit la langue officielle en République populaire de Chine, à Taiwan et à Singapour, il existe de nombreux dialectes qui peuvent être la langue de référence pour certains arts martiaux selon leur région d'origine, comme l'est le cantonais pour le Wing Chun de Hong Kong.

En ce qui concerne le Taiji quan, c'est bien le mandarin qui nous aidera à en comprendre les subtilités.

Il s'écrit au moyen des sinogrammes et on le transcrit maintenant le plus souvent en pinyin (norme de transcription phonétique en caractères latins).

Comme les autres langues chinoises, c'est une langue à tons. Elle utilise quatre tonèmes, qui changent le sens du mot : 

  • Premier ton : haut et plat,
  • Deuxième ton : montant,
  • Troisième ton : descendant légèrement puis remontant (modulé)
  • Quatrième ton : descendant.

Les tons sont représentés en République populaire de Chine par les accents sur les voyelles des syllabes de l'écriture romanisée dite pinyin. On utilise aussi le numéro du ton à la fin de la syllabe quand les contraintes techniques empêchent d'entrer ou de lire les accents (vous trouverez les deux systèmes sur ce site).

Systèmes de transcription

De nombreux systèmes de transcription phonétique des caractères chinois ont été proposés. Le premier à avoir été globalement accepté est le système dit Wade-Giles, nommé d'après ses inventeurs du XIXe siècle. Ce système est toujours utilisé aujourd'hui, mais pas en Chine continentale. Il se rencontre surtout dans des éditions anciennes de livres occidentaux, ainsi que pour un assez grand nombre de termes chinois lexicalisés dans les langues occidentales. L'École française d'Extrême-Orient a aussi utilisé un système nommé EFEO, maintenant caduc.

Le système le plus largement utilisé aujourd'hui est le pinyin. C'est celui que nous utilisons pour ce site.

La calligraphie

En Europe comme en Chine, la calligraphie est l'art de tracer les lettres ou les sinogrammes. C'est un art millénaire considéré comme supérieur à la peinture qui partage avec les arts martiaux de nombreuses similarités, tant au niveau de la maîtrise du geste que des considérations sur le souffle et l'engagement de tout l'être. Dans la passé, de nombreux maîtres d'arts martiaux étaient aussi des maîtres de calligraphie.