Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Wang Yang

Nous suivons l’enseignement du maître Wang Bo et de sa fille Wang Yang. La pratique concerne le style Chen de Taiji quan selon la pratique de Wang Yang et le Siming Quanfa, applications martiales transmises par le maître Wang Bo.

La boxe Chen est un système de combat réunissant le combat à mains nues et la pratiques de diverses armes. C'est une boxe chinoise (ce que certains appellent kungfu) qui est historiquement à l'origine des principes du Taiji quan et a participé à l'élaboration de la méthode interne d'entraînement et de combat.

L’étude du style Chen est axée autour de :

Le conditionnement du corps : il s'agit à la fois d'un échauffement et d'un travail sur le corps comprenant une phase d'ouverture et de mobilisation des articulations de tout le corps dans un esprit de relâchement, de flexibilité, et de fluidité. Puis vient la phase de renforcement musculaire progressif, notamment des jambes, sans perdre le relâchement ni la fluidité. Enfin vient le travail des cercles de la taille, d'absorption et de transformation souple. Ce conditionnement du corps est la base même du style Chen et dure au moins une heure à chaque séance d'entraînement.

L’enchaînement des 83 postures : l’étude du style Chen commence par le premier enchaînement (di yi lu) ou Laojia en 83 postures (ba1 shí san1 shì, 八十三势). Il n'y a pas d'enchaînement simplifié, on entre directement dans la complexité d’un enchaînement traditionnel, même si les impératifs pédagogiques peuvent amener à ralentir l’exécution ou à ne pas exposer d’emblée tous les détails. La vitesse d’exécution de l’enchaînement Chen est rapide. Elle comporte des variations, certains mouvements étant plus lents (Yin) et d’autre rapides (Yang), voire explosifs (fajing, jaillissement de l’énergie). L’enchaînement se caractérise aussi par des variations fréquentes de hauteurs et un travail de la taille et du dos, principalement de la colonne vertébrale qui est alternativement dressée (zhi1, 支) et enroulées (díe, 叠). Toutes ces alternances sont désignées par «l’alternance du Yin et du Yang».

Les poussées des mains dont le but est de «comprendre l’énergie de l’autre». Il s’agit dans un premier temps de maîtriser des exercices codifiés permettant de développer différentes aptitudes : coller, suivre, transformer, afin de mettre en oeuvre les «huit portes de l’énergie», qui sont huit formes d’attaques.

Les armes : Le travail aux armes reprend les principes de la boxe Chen. L'étude consiste pour chaque arme en :

  • 13 techniques de bases et leurs multiples variantes,
  • Un enchaînement traditionnel,
  • Des applications à deux.

Les armes traditionnelles sont : l'épée, le sabre, la lance, la hallebarde.


Le style Chen a une finalité martiale et une pratique rapide, mêlant mouvements fluides et explosifs, postures hautes et basses, sauts et coups de pieds rapides. Il est donc réservé à des personnes en bonne condition physique et réclame une assiduité. Tout le travail du style Chen recherche pour le corps :

  • Le relâchement musculaire,
  • La souplesse,
  • La puissance musculaire

Ces trois points sont indispensables pour obtenir la fluidité et la rapidité du mouvement d’une part, la puissance explosive d’autre part. Ils sont liés à un lâcher prise du mental et un apaisement du système nerveux, ainsi qu’à un fonctionnement global et fluide de tout l’être. Ce travail participe à un développement de la personne par la pratique. L’objectif de l’entraînement est la maîtrise, ce que les Chinois appellent le kungfu (功夫).